Accueil > 2003 - 2013 > 2004 > Au fil de la saison 2004 > La retraite de Michele Bartoli, ou le repli de l’élégance

La retraite de Michele Bartoli, ou le repli de l’élégance

jeudi 25 novembre 2004, par Raphaël Watbled

C’est un champion de grand style qui se retire. Et quand un homme de la trempe de Michele Bartoli prend la décision d’interrompre sa carrière, on dit, par souci de lui rendre l’élégance qu’il a portée au faîte pendant douze ans de sport, que c’est le cyclisme qui fait ses adieux au champion.

C’était un peu prévisible, et puis, en dépit du chagrin qu’on éprouvera à voir la page bartolienne se tourner, on ne peut pas raisonnablement s’en lamenter, car à 34 ans, Bartoli avait quitté la période de gloire qui en avait fait un esthète de l’effort. Ou plutôt : il est parti quand il fallait. Mais Bartoli est de ces coureurs de grande classe qui, jusque dans le déclin physique le plus accompli, auraient su préserver, par leur charisme et leur grandeur naturelle, une dignité intouchable.

Douze ans de cyclisme ont livré son nom aux archives du vélo, mais aussi aux prochaines générations ; car le nom de Bartoli ne doit pas seulement évoquer un palmarès splendide, l’un des plus remarquables de la période contemporaine, mais une idée du sport cycliste ; une idée de style, une idée de classe. Dans un temps où seul l’intérêt et la fin priment au détriment du déroulement et de l’esthétique de l’action-dans l’esthétique conjoignent diverses beautés : la prise de risque, la tactique, le panache-Bartoli rappelle qu’on peut aussi réaliser un objectif séduisant avec des moyens séduisants. Et qu’avant tout, avant d’inscrire son nom sur une ligne de palmarès, le champion a effectué une œuvre : autant qu’elle soit de qualité. Et la qualité, c’est ce que Bartoli a cultivé sans effort.

S’il est vrai que Jalabert et Museeuw ont incarné un certain talent imparable du chasseur de classiques et qu’ils n’ont pas ignoré le panache, on peut surtout

JPEG - 49.7 ko
Michele Bartoli

souligner que Michele Bartoli a eu ceci de plus qu’il a semblé donner du sens, sur le vélo, en plein effort, par l’apparence de pureté du style, à chaque victoire qu’il acquerrait : c’est une allure, une position admirable, une recherche de l’efficacité, qui ont produit : de la distinction.

C’est un démarrage foudroyant, on peut dire l’accélération la plus incisive du peloton entre 1996 et 1999. Ce qui fit de lui un spécialiste redouté de l’attaque en côte. Comment ne pas lui associer celle de la Redoute, dans Liège-Bastogne-Liège, où il obtenu 2 de ses plus beaux succès (1997-98) ? Le Liège 1997 fut l’aboutissement d’une domination à la fois tactique et athlétique, et on se souviendra que Bartoli sut faire plier deux grands champions d’une même équipe ligués contre lui, Jalabert et Zülle.
C’est aussi une Flèche Wallonne 1999 remportée sous la neige après une longue échappée imprévisible. Deux Tours de Lombardie (2002-03), dont un remporté par revanche, après avoir été écarté de la sélection nationale des Mondiaux.

Car Bartoli fut paradoxalement l’éternel déçu des Championnats du monde. Et s’il manque bien une victoire sur son calepin, c’est celle-ci. Rarement un homme fut aussi pressenti, plusieurs années de suite, pour le titre mondial. Un titre qu’il a manqué de peu en 1996 à Lugano, et surtout en 1998 à Valkenburg. Par la suite, on ne lui proposa plus de défendre ses chances puisque le sélectionneur italien, Fr. Ballerini, l’écarta de l’équipe nationale. Il faut dire que ses intérêts étaient devenus peu compatibles avec ceux de Paolo Bettini, qui fut son gregario exemplaire ; mais l’élève avait dépassé le maître. C’est peut-être ce passage du témoin que Bartoli n’a pas su bien accepter.

A 34 ans, après une saison 2004 vierge de résultats, plutôt démotivé devant la compétition et face à des douleurs physiques qui l’entravent, l’un des plus grands spécialistes de classiques du cyclisme quitte la scène. Messieurs, levons-nous.

Source photo : Vélochronique

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.