Accueil > 2003 - 2013 > 2004 > Tour d’Italie 2004 > Damiano Cunego, c’est toi le patron

Tour d’Italie

Damiano Cunego, c’est toi le patron

mercredi 26 mai 2004

On a découvert Damiano Cunego ce printemps, quelques jours à peine avant le Tour d’Italie. On ne peut pas dire que le prodige de la Saeco a beaucoup d’ancienneté, et qu’il ait tardé à se faire connaître : le virtuose n’a pas encore ses 23 ans, et il n’est que néo-professionnel. Mais pour sa 1ère année chez les grands, Cunego ne peut pas rêver mieux.

Champion chez les amateurs, produit de la génération Pozzato-Sella, Cunego n’a même pas eu le temps de grandir dans l’ombre de Gilberto Simoni, son chef d’équipe et double vainqueur du Giro, prévu initialement comme triple vainqueur dimanche à Milan. Cunego a dû se sentir l’âme d’un grand, et l’émancipation ne s’est pas fait attendre. Damiano s’impose aux yeux du public le 20 avril en remportant la 1ère étape du Tour du Trentin devant Figueras, Gontchar, son capitaine Simoni. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Le lendemain, il gagne en solitaire la 2e étape, et le classement général final lui est acquis. Simoni est 3e. Deux jours plus tard, il gagne le Tour des Apennins devant Giuliano Figueras. Dans une forme étincelante, il enchaîne avec le Grand Prix de Larciano, empoché au sprint devant le champion du monde Igor Astarloa.

La semaine suivante, c’est le départ du Giro. L’équipier modèle de Simoni ne tarde pas à gagner une étape, puis une deuxième, et à enfiler le Maillot Rose. Rien d’inquiétant alors pour Simoni, qui peut compter sur la forme éblouissante de son cadet. Celui-ci n’est pas encore rompu à l’art du contre-la-montre et il doit lâcher son Maillot au profit de Popovich. Pourtant, hier à Falzes, Cunego sort le grand jeu, dynamite la course et s’envole vers une victoire impressionnante qui lui rend son Maillot Rose. Il troque ainsi ce maillot noir et blanc non réglementaire qu’il arbore en signe de protestation, pour réclamer l’homologation des vélos nouvelle version Cannondale de la Saeco

Manifestement, Cunego est en meilleure forme que son capitaine. A moins que la calcul d’équipe soit plus complexe que prévu. Cunego est-il supposé abandonner son Maillot à Simoni en temps voulu ? Son avance est plutôt confortable compte tenu de son talent, mais elle peut fondre comme neige au soleil dans un coup de fatigue. Toutefois, n’en doutons pas, Cunego est en mesure de remporter ce Tour d’Italie. Le capitaine n’est plus Simoni.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.