Accueil > 2003 - 2019 > 2004 > Tour de France 2004 > Après le Tour > Le Tour de France 2004 de A à Z - 1er chapitre

Le Tour de France 2004 de A à Z - 1er chapitre

La chronique de Pascal Philippe

vendredi 30 juillet 2004

Le Tour de France 2004 est achevé. Quelle qu’ait pu être sa facture et avant de dresser un bilan plus complet, il entre dans l’histoire pour avoir été le témoin du sixième sacre d’un Texan rémanent et, en marge, la consécration d’un fier Varois porté au septième ciel des escaladeurs. En attendant de mieux apprécier les mérites de l’exercice achevé et de se projeter, déjà, sur l’édition 2005, quoi de mieux qu’un rapide Abécédaire fait de coups de cœur, de cartons jaunes ou rouges, d’images fugitives, de clins d’yeux pour revenir sur trois semaines de course. Pascal Philippe revient sur la course. Aujourd’hui : de A à F

A
Comme Absence : Celle de Vinokourov qui a tant manqué chez T-Mobile en manque cruel d’imagination. Le Kazakh n’aurait pas fait céder à lui seul le verrou des Postiers, mais son sens de la course, sa faculté à semer le danger et le doute chez l’adversaire n’aurait pas été de trop.
Celle de Cadel Evans sacrifié aux dépens du bouffi Botero et de Cyril Dessel pour d’obscurs stratégies marketings. Ces deux là doivent bien rire au regard des prestations de leur remplaçants …… mais ailleurs . Mais au delà de ces simples rendez-vous manqués, c’est le bandana d’un pirate qu’on aurait aimé apercevoir parmi ces congénères.

B
Comme Baroudeurs : Ces avaleurs d’espace, rétifs à la conduite accompagnée, empêcheurs de rouler en rond. Les Piil, Rasmussen, Flecha, Dekker, Kroon et autres, premiers levés, toujours de corvée, rarement payés mais si essentiels au programme.
Comme Bettini : En voilà un bien beau champion ! Loin de ses terres de prédilection des classiques et pourtant si vif à s’impliquer dans la quête de Virenque à ramener le paletot à pois. Personne ne l’y obligeait. Un des seuls aussi à témoigner son soutient et sa sympathie au repenti Simeoni raillé piteusement par nombre de ses compagnons.

C
Comme Cacophonie : Celle qui a régné autour des retraits de coureurs demandés par la Direction du Tour. Plusieurs poids dans les mesures ! Et l’UCI qui vient encore fourrer son nez pour entraver le résistance à la française. Savez-vous, Messieurs de Genève, que dans les laboratoires marrons où on lance les épidémies, un bêtisier circule sur vos agissements, et qu’il contient plus d’une page.

D
Comme Dangers : Ceux qui malheureusement guettent de plus en plus nos champions à l’abord des grandes agglomérations. Aménagements urbains et finishs en commun ne font pas bon ménage. Alors, pourquoi pas quelques bonnes arrivées en côte ? Le Giro en fait fréquente consommation qui apportent spectacle, engagement des gros bras le tout dans un environnement plus sécurisé.

E
Comme Efforts : N’en déplaise aux détracteurs du Texan, ceux pratiqués par Armstrong pour s’exprimer en Français. D’autres grands champions du passé ne s’y sont jamais risqués.

F
Comme Fraîcheur : Celle apportée par les Brioches La Boulangère. La bande à Jean René Bernaudeau le preux a, en outre, prouvé qu’elle était bien plus qu’une joyeuse escouade de francs-tireurs et pouvait supporter le poids de la plus grande course du monde. Malheureusement, le paquet va, sous peu, atteindre la date limite de conservation. L’heure est à la mobilisation pour sauvegarder un tel label.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.