Accueil > 2003 - 2013 > 2005 > Tour de France 2005 > Tour de France : à la recherche du dopé inconnu

Tour de France : à la recherche du dopé inconnu

vendredi 29 juillet 2005, par Raphaël Watbled

Un frisson a parcouru la planète du cyclisme. Tout le monde sait à présent qu’un coureur a été contrôlé positif, lors de la 5e étape du Tour de France, à un stimulant que chacun prétend connaître bien sûr, après avoir passé ses soirées à apprendre par cœur son appellation loufoque : la norpseudoéphédrine. Alors ça c’est fort ! De l’EPO, passe encore, du perfluorocarbone, soit, mais de la norpsi… de la neurpso… C’est en ces termes qu’un grand journaliste à la notoriété certaine accueillit la nouvelle. Disons le scoop.
- Bof, ce n’est pas si grave, la norpseudoéphédrine, tu sais, lui répondit son indic.
- Non, tu as raison, c’est vrai, en fait. La nirpsu… enfin c’est pas grand-chose au fond.
Il y eut un silence dans le bureau du journaliste, empuanti par les odeurs de tabac froid mêlées aux relents de café moisi (le bureau, pas le grand journaliste).
- Oui, mais quand même ! Il faut absolument que tu me dises qui est ce mec.
Car il convient de préciser que le nom de ce coureur cycliste est tenu secret à ce jour. Ce cas est fort embarrassant, et c’est pourquoi nous ne parlerons, pour l’instant, que d’un cas suspect. En effet, ce contrôle positif à la norpseudoéphédrine est éminemment problématique, car chacun sait que…
- la norpseudoéphédrine est, soyons clairs, proche de la pseudoéphédrine, patron…
- Mais pour qui me prends-tu ? Je sais ça, enfin. Où veux-tu en venir ?
- Eh bien la pseudoéphédrine n’est plus sur la liste des produits interdits. Il suffit d’un pchit dans le nez contre le rhume.
- Bon alors, où est le problème ? Il est positif à la nurpse ou à la psodé, ce mec ?
- C’est à dire qu’il est avéré que la pseudoéphédrine, qui n’est donc pas interdite, peut se transformer en norpseudoéphédrine dans l’organisme, qui est interdite.
- Arf, c’est ennuyeux, ça. On ne peut donc pas savoir s’il s’est dopé…
- Toooooooooooous des doooooooooopés ! s’exclame alors une voix surgie du fond de la pièce.
Le perroquet du journaliste se reçoit la bio d’Armstrong (qui traînait sur le bureau) dans le bec.
- Non, on ne sait pas. Mais il y a enquête, chef.
- Mais qui c’est ?
- Ils ne diront rien, tant que l’enquête n’aura pas abouti.
- Tu penses, il vont le blanchir sans révéler son identité. S’il y a un dopé…
- Tooooous des doooooopés !
Cette fois, c’est le DVD du Tour 2002 qui valse dans les plumes.
- Il faut savoir qui est ce type, à tout prix !
- Il faut faire notre propre enquête.
- Eh bien d’accord. Que sait-on de lui ?
- C’est un cycliste.
- Abruti.
- Non, ça on ne le sait pas. On sait qu’il a été contrôlé positif le 6 juillet, après la 5e étape.
- Qui a gagné à Montargis ?
- Robbie McEwen.
- J’en étais sûr ! C’est lui, le loubard du sprint ! (Le Vélo Magazine du mois d’août est ouvert sous ses yeux à la page consacrée au sprinteur)
- Non, chef, ils ont déjà précisé que ce n’était pas lui.
- Tu pouvais pas le dire plus tôt, crétin ? Mais alors… Mais oui, qui était maillot jaune ce soir-là ?
- Lance Armstrong. Mais…
- On a le scoop du siècle !!
- Non, ils ont dit aussi que ce n’était pas lui.
- Palourde ! Y en a encore d’autres à éliminer ? S’ils ont dit les 150 qui sont pas concernés, ça restreint le champ des recherches, patate !
- Non, juste ces deux-là, chef. Ils ont dit aussi que c’était un coureur de deuxième plan.
- De deuxième plan ?
- De deuxième plan.
- Comment ça, de deuxième plan ?
- Je l’ignore ; c’est ce qu’ils ont dit.
- Mais ça veut rien dire, ça.
- Il sera content, tiens, le gars, quand il saura que c’est lui, qu’il est de deuxième plan.
- Nigouille ! Il aura de quoi penser à autre chose ; il sera suspendu, et la presse se déchaînera. Bon, on peut éliminer les dix premiers du classement général. Qui étaient les deuxième et troisième de l’étape ?
- Tom Boonen et Thor Hushovd.
- Boonen, il est de premier plan, celui-là ?
- Il a gagné deux étapes.
Le journaliste se vautre dans son fauteuil-à-bascule-et-à-roulettes et empoigne le téléphone.
- Allô Jean-René, salut gros nase. Dis-moi, une question comme ça, toi qui connais un peu le vélo ; un mec qui gagne deux étapes du Tour, il peut pas être de deuxième plan ? Ah… bon… ah… que j’aille me… ? Bon. Ciao. (il raccroche). Bref, et Hushovd, là ?
- C’est le maillot vert du Tour.
- Bon, je sais pas, ; moi ! Le quatrième de l’étape alors ?
- Stuart O’Grady.
- Il est important celui-là, non ?
Acquiescement craintif.
- Le cinquième ?
- Angelo Furlan.
- On le tient ! Haro sur Furlan ! C’est lui ! Voilà un beau coureur de deuxième plan !
- Mais, chef, non ! Comment pouvez-vous dire cela, non !
- Quoi ? Il est pas de deuxième plan, lui ?
- J’en sais rien. Mais c’est pas le seul en tout cas. Après tout, Allan Davis est sixième de l’étape, et Bernhard Eisel septième.
- On les contrôle, les sixièmes et les septièmes ?
Haussement d’épaules.
- Ecoute, je dois savoir qui est ce type.
- Et si c’était Dario Frigo ?
- Tu plaisantes ? Ce serait trop bête. Quitte à avoir un dopé, que ce soit une surprise.
- David Moncoutié ?
- Une surprise, pas une stupeur planétaire.
- N’empêche, ça serait un scoop, ça.
- Personne n’y croira. Moncoutié, il ne prend même pas les comprimés d’euphytose que lui donne sa grand-mère contre le stress. Manger de la menthe et du romarin, pour lui, c’est du dopage.
- Et puis il est de premier plan. Prenons un Espagnol.
- Du coup, c’est trop attendu. Aucun effet de surprise. Tout le monde s’en fiche.
- Même Iban Mayo ?
- Je préfère un Américain.
- Ils sont tous de premier plan.
Le journaliste consulte la liste des partants du Tour 2005. Il ferme les yeux, fait des ronds dans l’air avec son index, et le laisse plonger dans la liste. Le hasard a désigné…
- Peter Wrolich !
- Mais c’est immoral ! Le pauvre…
- Bon alors, prenons un Français, mais un crédible.
- Ils ont dit : de deuxième plan. Pas troisième.
- C’est vrai. Mais j’y pense…
- Oui ?
Le grand journaliste (la grandeur de la notoriété ne fait pas la grandeur d’esprit, on tient à le rappeler) s’empare à nouveau du téléphone.
- Allô Jean-René c’est encore moi ; dis-moi, ton copain de la télé, là, tu sais, le… comment dirais-je… le… ah je trouve pas le mot… oui, Gégé, c’est ça. Dis-moi, une question en passant. Il n’a pas eu un petit rhume, aux alentours du 6 ? Comment ça, c’est une question débile ? Tu ne te gênes pas pour en poser des centaines aux coureurs, toi, des questions débiles ! Non, je ne m’énerve pas ! Dis, c’est grâce à qui qu’on t’a gardé sur les motos, hein ? Alors, cette question, tu y réponds ? Si ça me fait plaisir qu’il ait eu un rhume ? Je m’en fiche, moi, je veux savoir s’il se mettait des gouttes dans le pif, tu peux répondre à ça, non ? Oui ? Tous les soirs, il prend des gouttes ? (il raccroche, et jubile)
- J’ai la une ! Trois colonnes à la une, demain : Le dopé inconnu : c’est Holtz !

Messages

  • Le DVD ne m’a pas fait très mal, mais la bio d’Armstrong dans l’oeil gauche, comment je vais me taper l’Aubisque avec ça, moi, hein ? Dois-je absorber de la pseudo, de la neuro, de l’hallucino ?

    TOUS DOPÉS !

    Mais certains mieux que d’autres.

    Tous égaux alors ?

    Ben voilà le raisonnement actuel : tous dopés pareils, donc le meilleur gagne quand même et ze show must go on...

    Voir en ligne : Mon dopage à moi

    • L’Aubisque, grimpe le c’est tout ! Eau de source locale à volonté, ton temps ta moyenne ? peut importe à partir du moment où tu as atteint ton objectif !!
      La compétition ? c’est pas du sport ! la compétition , c’est gagner !!! et à partir du moment où un élément extérieur entre dans la course ( EPO, hormones etc ... ) il n’y a plus d’égalité car c’est l’argent qui mène les débats.
      Qui est prêt à payer le maximum pour le produit qui assurera la meilleure performance mondiale tout en étant indécelable ?? : les plus riches
      Sauf à changer les règles:ordonances médicales totalement interdites lors des compétitions, analyses toxicologiques sur échantillons de cheveux de façon périodique et pour tous les coureurs,supervision et contrôles possibles lors des entraînements et d’une façon générale en dehors des compétitions, je ne vois pas comment on pourra redonner ce petit brin de magie qui faisait la particularité du tour de France !
      Et encore même avec cela j’suis pas sûr qu’on puisse y parvenir !
      A quand les clones améliorés génétiquement ?

  • Excelents cet article ;)
    En parlant de dopage, je pense qu’on ne saura jamais si Armstrong s’est fait controler positif ou pas ... En effet s’il se trouve qu’il est positif sur un Tour, il l’a (surement) été sur les autres ... bonjour l’image des organisateurs du Tour ... D’ailleurs, qui s’occupe des controles anti-dopage ? l’UCI ou L’organisation du Tour de France ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.