Accueil > 2003 - 2013 > 2005 > Tour de France 2005 > Ullrich met Rasmussen en joue

Ullrich met Rasmussen en joue

vendredi 22 juillet 2005, par Raphaël Watbled

De nombreux observateurs voient déjà Jan Ullrich remplacer Michael Rasmussen sur le podium final du Tour de France, derrière Ivan Basso et Lance Armstrong. En vérité, le pari n’est pas difficile, eu égard à la compétence internationale de l’Allemand dans le contre-la-montre. Celui de Saint-Etienne devrait lui permettre de combler son retard sur le Danois et ajouter à son palmarès la place du podium qui lui manquait. En effet, après avoir grapillé une demi-minute à Mende au Maillot à Pois, Ullrich s’est rapproché à 2’12 de l’accessit. Les 55 km de chrono devraient donc accueillir son talent en la matière. Il se pourrait même qu’Ullrich remporte cette étape, s’il est dans une très grande forme, puisqu’on sait qu’il est capable de battre Armstrong dans ce type d’exercice, même si tout le monde donne l’Américain gagnant samedi.

Cependant, il convient de ne pas vendre la peau du grimpeur avant de l’avoir flingué. Les références disponibles de Rasmussen en contre-la-montre permettent d’envisager une rouste. L’an dernier, sur la même distance à Besançon, le Danois avait lâché 5’55 à Ullrich. C’est bien plus qu’il n’en faut pour renverser la donne. Logiquement, Rasmussen sera quatrième de ce Tour. Oui mais voilà. Il n’était pas non plus prévu que le long grimpeur de Rabobank évolue à ce haut niveau de compétition dans ce Tour de France. Complètement inattendu, Rasmussen s’est invité avec les meilleurs en montagne et sa situation est presque une suite d’exploits, sur laquelle chacun est libre de s’interroger. Malgré les efforts consentis lors de sa victoire d’étape étonnante, Rasmu n’a connu aucun jour de défaillance. Il a le droit, en l’état actuel des choses, de penser que l’enjeu va le transporter et qu’il saura tenir Ullrich en respect.

Le parcours du chrono, s’il est balayé par un vent de dos, risque d’empêcher Ullrich de récupérer son rival du moment. En revanche, Basso, qui s’est considérablement amélioré dans la discipline, est à peu près certain de garder sa deuxième place (plus de 3 minutes d’avance sur Ullrich ; 1’49 perdues dans le chrono en 2004). Sauf incident en fait. Pour la suite du classement général, Mancebo devra résister au retour de Leipheimer, qui lui avait repris 2’29 à Besançon 2004. Vinokourov devrait pouvoir reprendre sa place à Cadel Evans mais se faire souffler la sienne par Floyd Landis. Christophe Moreau est quant à lui logé à une dixième place qu’il ne devrait plus quitter.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.