Accueil > 2003 - 2013 > 2005 > Tour de France 2005 > Vinokourov, Monsieur Panache

Vinokourov, Monsieur Panache

dimanche 24 juillet 2005, par Raphaël Watbled

Alexandre Vinokourov n’est pas un coureur comme les autres.

On aurait presque envie de dire qu’il est un coureur à l’ancienne, un peu désuet, ou archaïque. Mais, irrévocablement, il est Alexandre Vinokourov.

L’austère blondinet de la T-Mobile ne parvient décidément pas à rentrer dans le rang, pour le plus grand bonheur du cyclisme ; jusque dans la défaite, il est athlétiquement admirable, car il est fait de panache, de courage et de volonté. Sur tous les terrains, qu’il gagne ou qu’il échoue, Vino se laisse admirer.

Il est un objet athlétique.

Il n’y avait que lui pour oser la victoire sur les Champs-Elysées. Parmi les favoris du Tour s’entend. Après son baroud d’orgueil par le Galibier, qui l’a vu triompher rageusement à Briançon, après avoir attaqué Lance Armstrong malgré la douleur et le combat perdu d’avance, après avoir provoqué les cadors, il n’y avait que lui. Le Tour de France 2005 ne pouvait rêver meilleure conclusion.

Selon les besoins, Vino grimpe, Vino sprinte, Vino roule. Jamais dans la facilité. La persévérance et l’abnégation semblent le piloter. Il fallait qu’il s’élève, il s’est offert à l’essence du cyclisme. La prise de risque est devenue trop rare en vélo pour ne pas souligner la ténacité du Kazakh.

Nous avons pris ici le parti de la beauté sportive.

Messages

  • Merci monsieur Vinokourov. Merci de nous rendre le sourire, merci de nous faire crier de bonheur, merci de sauver l’honneur du Tour. Vous êtes notre Bayard aujourd’hui ! On devrait vous donner la légion d’honneur et votre poids en fois gras. Nous croyions le Tour mort, l’avenir compromis, l’espoir défunt, et vous, vous arrivez avec votre maillot blasonné et comme un grand seigneur, vous gagnez sur les Champs ! Et votre soleil d’or éclipse tous les maillots jaunâtres, flétris d’avoir passé sept étés à la lumière. Merci monsieur Vinokourov, je sais désormais que je n’ai pas fini d’aimer le cyclisme ; j’ai un champion extraordinaire à aduler et ça aide à vivre.Vive le Kazakhstan, vive le Tour de France, vive le vélo et vive Vino !!!

  • bravo raphael pour ton article
    sur vino quel champion ce vino
    le rebelle du peloton qui refuse
    de baisser pavillon quel grand coureur
    il court a la maniere du grand marco
    pantani avec panache il a ce petit
    truc en plus qu’on ne retrouve plus
    chez les autres coureurs LE PANACHE !!!!
    encore un coureur a l’ancienne comme le pirate
    imaginer 189 vino sur le tour 2006 quel spectacle
    grandiose nous aurions

  • Bel article sur un courreur que j’admire.
    En espérant que vous ferez d’autres chroniques sur ce cycliste qui donne un vent de fraicheur au Tour.
    Merci.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.