Accueil > 2003 - 2019 > 2010 > Au fil de la saison 2010 > Cancellara : moteur !

Prologue : Rotterdam

Cancellara : moteur !

samedi 3 juillet 2010, par Raphaël Watbled

Cela rappelle la rouste que Boardman était capable d’infliger à Indurain (15 secondes) et Rominger (19 secondes) dans les 7,2 km du prologue 1994. A partir de l’année suivante, les prologues perdirent l’habitude de tels écarts, se jouant parfois à quelques dixièmes. En 2007 cependant, Cancellara rejetait Klöden à 13 secondes sur les 7,9 km du prologue londonien. Il devait récidiver à l’ouverture du Tour 2009, par un coup de massue monégasque, mais la distance de 15,5 km en faisait une étape à part entière, sur laquelle Contador se prenait 18 secondes sur le coin du museau.

Cette fois encore, les dix secondes faciles qui séparent le même Cancellara de son deuxième et Teuton Tony Martin à Rotterdam, font de sa victoire un petit exploit athlétique. Les deux hommes en question étaient les plus attendus, d’autant plus qu’ils sortaient d’une lutte pour les chronos du Tour de Suisse. Derrière eux, les écarts parfois étonnants sont le témoin du jeu faussé par la pluie batave qui a contraint certains favoris à l’excès de prudence.

La route avait néanmoins le même état lors des passages d’Armstrong, de Cancellara et de Contador, les trois derniers à avoir pris le départ. Si la correction est à peu près égale pour l’un et pour l’autre des deux vaincus du Suisse, c’est l’excellente 4ème place de l’Américain (à 22 secondes), devant l’Espagnol, 6ème à 27 secondes, qui attire l’attention sur son regain de forme en matière de contre-la-montre. Ils sont peu nombreux à penser qu’Armstrong est en mesure de gagner le Tour, qu’il annonce être le dernier, après celui de 2005. Ils le sont beaucoup plus à croire que Cancellara a bien utilisé un voleur dopé au moteur électrique lors du Tour des Flandres et de Paris-Roubaix.

Pour tous ceux-là, une défaite du Suisse dans ce prologue rotterdamois aurait presque davantage accrédité leurs soupçons que sa colossale victoire qui, cette fois, ne peut qu’être attestée mécaniquement propre. La scannérisation de son vélo de chrono au contrôle des bicyclettes était incontournable. La dissimulation du fameux moteur dans le cadre aurait constitué un suicide en règle. L’helvète mastodonte démontre donc qu’il est physiquement apte à creuser de tels écarts. Alors, pour le Ronde et l’Enfer du Nord : fraude ou pas fraude ?

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.