Accueil > 2003 - 2019 > 2010 > Tour de France 2010 > Renshaw la caboche

Étapes 11 et 12 : de Sisteron à Mende

Renshaw la caboche

vendredi 16 juillet 2010, par Raphaël Watbled

Chaque seconde compte

Les dix secondes lâchées à Andy Schleck à Avoriaz sont récupérées, comblées, effacées. Façon Contador. Œil pour œil, compteur à zéro. Non mais. Dix secondes, c’est dix secondes. La montée de Mende n’allait de toutes façons pas anéantir les 41 secondes de débours du classement général, mais pour ces dix secondes de Morzine peu digestes, ça allait tout à fait bien. Quitte à sacrifier la victoire d’étape sur laquelle, sans ce petit coup d’orgueil de son chef, Vinokourov fondait ardemment avec la fougue qu’on lui connut en 2003 ou en 2005. Victoire presque acquise à 3 kilomètres de l’arrivée, désagrégée par le retour de Contador flanqué de Rodriguez. Et c’est celui-ci que Vino dut voir triompher de celui-là, juste là, quelques longueurs devant lui, car pour un peu il leur serait revenu dessus, le Kazakh.

Vino mal récompensé

Notez, on aurait pu régler ça à coups de casque dans la caboche. Une bonne explication en règle, entre hommes, façon Renshaw. Contador sur Schleck, tiens salopiaud, voilà pour les dix secondes de l’autre jour. Puis Vino sur Contador, voilà pour toi sacripant, tu pouvais pas me la laisser gagner, celle-là ! Mais ces messieurs sont gentlemen. Aux méthodes brusques et définitives, ils préfèrent l’audace des manœuvres incertaines mais trépidantes. L’attaque de Mende était cependant discutable pour Contador, avec Vinokourov devant (3ème du Tour 2003), vaillant et déterminé, prêt à conclure après une élégante échappée qu’il partageait entre autres avec Klöden, un autre ex-podiumé du Tour. Les quelques secondes qu’il pouvait arracher à ses rivaux valaient-elles de risquer le sabordage ? Manifestement, l’Espagnol préfère capitaliser ; chaque seconde pourrait donc compter.

Renshaw-la-Caboche

Bon, loyal et fidèle, Vino admet la légitimité de ce sacrifice d’étape au nom du classement général. Bon sang de Rodriguez qui est parvenu à suivre Contador et faire la nique aux deux Astana. Cela aurait bien mérité un petit coup de boule bien senti de la part du Kazakh au moment du dépassement. Une méthode efficace et qui n’aurait nui qu’à lui-même, d’autant qu’il est rôdé à l’exclusion du Tour, c’est une affaire qu’il maîtrise.

Exclusion de Mark Renshaw à Bourg-lès-Valence, puisqu’il faut y revenir, pour son désormais célèbre triple coup de carafe à Julian Dean et à soixante à l’heure (et non pas à Tyler Farrar), et que les seuls Columbia contestent, naturellement. De quoi tempérer les poissons-pilotes tactiles et les sprinteurs frotteurs accoutumés aux manœuvres de contact dans le dernier kilomètre.

C’est que les sprints massifs connaissent rarement une parfaite régularité et les coups de coude, les pousse-toi-de-là et les écarts notables de trajectoire, s’ils étaient chaque fois punis, maltraiteraient quotidiennement ou presque les classements d’étape et videraient le peloton. La faute la plus grave de Renshaw, dans ce sprint disqualifiant, n’est peut-être pas le triple coup de burette sur Dean qui, pour être très spectaculaire et révoltant, pourrait davantage relever du réflexe malheureux de pilote émotif que d’un empêchement prémédité de manœuvrer (la tendance est à penser qu’il a délibérément agressé le pilote de Garmin) - le doute est permis, même infime. Un début de déviation de Dean sur sa ligne de trajectoire est apparent. En revanche, la deuxième opération, peu commentée et plus discrète, un instant plus tard, qui a consisté à se déporter très fortement sur Tyler Farrar, apparaît indiscutablement volontaire et nettement hostile. Le coup d’œil de Renshaw à Farrar - qui le dépassait à gauche et tentait le passage entre les balustrades et lui - est éloquent : aussitôt le lanceur de Cavendish cherchait à refermer la porte. Ici, la faute délibérée est patente.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.