Accueil > 2003 - 2019 > 2011 > Au fil de la saison 2011 > Contador d’Andorre (qui d’autre ?)

Tour de Catalogne 2011

Contador d’Andorre (qui d’autre ?)

Étapes 1 à 4

vendredi 25 mars 2011, par Raphaël Watbled

Dépourvu de contre-la-montre et bosselé comme un crapaud pustuleux. Le Tour de Catalogne se veut montagneux, voué aux grimpeurs, décisif par ses côtes. Principalement par l’une, à savoir la montée de Pal, sur Andorre, classée « catégorie spéciale », et arrivée de la troisième étape. Une arrivée à haute altitude (1865 m), voilà le beau programme de la Volta !

En vérité, cette montée d’Andorre était à peu près la seule apte à établir le classement général. Les autres étapes sont peu propices aux grandes manœuvres : cols trop éloignés de l’arrivée ou pas assez intéressants. A moins que Scarponi, ne s’avouant pas vaincu, tente le coup, en quelque sorte à l’ancienne, à l’audace et sans profiter d’une côte finale.

Ah oui ! Car le décidément très en verve Michele Scarponi n’est qu’à 23 secondes de Contador, le vainqueur d’Andorre.
Car enfin, qui d’autre ?
Alberto Contador y était très attendu et pouvait toujours prétendre n’être pas à son niveau maximal. C’était pour lui. Il n’aurait pu faire autrement. Nul n’était de taille à le contrer, voilà tout. Andorre, pensez-vous.

23 secondes. A la fois assez peu, de quoi se dire que ce serait trop bête de ne pas tenter quelque chose ; et vraiment trop, de quoi se représenter la performance de l’exterminateur - qu’on l’adore ou qu’on l’abhorre, Contador est le meilleur coureur à étapes au monde, l’un des plus beaux grimpeurs, et en tout cas le plus efficace et le plus stable au long cours. Ce gars-là a quelque chose à voir avec la merveille athlétique.

Raison de plus pour tenter le coup, côté Scarponi. Le mérite en serait décuplé.
A moins que cela ne vienne de Leipheimer, également à 23 secondes, puisqu’il était en duo avec Scarponi derrière Contador en Andorre ? Pourtant on se figure mal l’Américain jouer l’audace. On l’a un peu attendu à Paris-Nice, avec ses Radioshack, pour renverser Tony Martin au nom d’Andreas Klöden.
A priori, non, la Volta est acquise à Contador.

Vainqueur de Tirreno-Adriatico, où il a décroché l’étape de Macerata tout en punch, Cadel Evans a un peu marqué le pas, quant à lui ; c’est relatif bien sûr, l’Australien était beau dixième à Andorre (à 50 secondes). Mais c’est cruellement dommage. La lutte entre Evans et Contador, à laquelle il semblerait qu’on ne sera jamais prié d’assister, serait pourtant un spectacle prometteur.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.