Accueil > 2003 - 2013 > 2012-2013 > Dr Wiggins et Mr Froome - Histoire du Tour 2012 et 2013 > Dr Wiggins et Mr Froome : Wiggins pour une session de rattrapage

Histoire du Tour 2012 et 2013

Dr Wiggins et Mr Froome : Wiggins pour une session de rattrapage

Premier chapitre : Duel à Peña Cabarga

vendredi 1er novembre 2013, par Raphaël Watbled

Vélochronique lance un nouveau site frère, entièrement consacré à l’histoire du Tour 2012 et à celle du Tour 2013, respectivement remportés par Bradley Wiggins et Christopher Froome, les deux premiers Britanniques au palmarès de la Grande Boucle.

Le nom de ce site : Histoire du Tour 2012 et 2013
Son titre : Dr Wiggins et Mr Froome
Son adresse : http://histoire-du-tour-2012-2013.j...
Voir le sommaire

Aujourd’hui : premier chapitre (I. Duel à Peña Cabarga), premier sous-chapitre (1. Wiggins pour une session de rattrapage).

Duel à Peña Cabarga

Wiggins pour une session de rattrapage

L’histoire de l’élévation athlétique de Christopher Froome commence symboliquement lors de la quinzième étape du Tour d’Espagne 2011. Au regard des événements sportifs de ce 4 septembre, la victoire d’étape qu’il remporterait dans le Tour dix mois plus tard à La Planche des Belles Filles paraît bien moins inopinée qu’au premier abord. Nous avons vu en effet que le grand public fit la connaissance de Froome lors de la septième étape du Tour 2012 comme on rencontre un imprévisible inconnu. Les plus initiés des observateurs du cyclisme professionnel se seront cependant remémoré ce Tour d’Espagne que perdit un camarade de Bradley Wiggins, un certain Froome, pour treize secondes dérisoires et pour s’être affranchi trop tard de son rôle d’équipier. Et pour le coup, la surprise avait été totale, car ce Froome était tombé de nulle part. Il s’était insinué parmi les meilleurs au cours de la première quinzaine en roulant pour son leader naturel avant de s’émanciper dans les derniers kilomètres du terrible col d’Angliru devant l’incapacité de Wiggins à réprimer l’infernale remontée de Juan José Cobo.

Les deux premières semaines n’avaient pas suffi, en effet, à départager les six meilleurs au classement général. Bradley Wiggins, Vincenzo Nibali, Christopher Froome, Fredrik Kessiakoff, Jakob Fuglsang et Bauke Mollema se tenaient encore en 36’’ au matin de la quatorzième étape, qui menait le peloton d’Astorga au pic de La Farrapona, à l’occasion de la deuxième arrivée en altitude. Si Wiggins avait reporté ses ambitions sur cette Vuelta dont il tenait alors le commandement, c’est qu’il avait détruit ses aspirations de l’année dans une maudite portion de plaine de la septième étape du Tour de France, entre Le Mans et Châteauroux. Il s’y était brisé la clavicule, revêtu du maillot tout récent de Champion de Grande-Bretagne, abandonnant là le rêve, qu’il concevait depuis deux ans, de remporter la plus prestigieuse des courses cyclistes. Sans un cri, sans un mot, presque sans grimace, il avait vu s’effondrer plus que l’objectif d’une année, peut-être le plan qui conduisait désormais toute la logique de sa carrière. Pourtant, de tous les outsiders, Wiggins était alors regardé comme le plus énigmatique et peut-être le moins fiable, parce que son passé sur la route – et a fiortori sur le Tour – n’encourageait pas les non-initiés à examiner sérieusement ses prétentions. Par manque de repères et de garanties, en dépit de sa préparation intensive et pour ainsi dire extrême, et malgré sa victoire de prestige au Critérium du Dauphiné, certains, beaucoup peut-être, avaient négligé sa candidature au Maillot jaune. Aussi n’avait-on pas fait grand cas de... (Lire la suite sur Histoire du Tour 2012-2013)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.