Accueil > Carnet cyclosportif > La Jalabert > La « Laurent Jalabert » 2006

20 août 2006

La « Laurent Jalabert » 2006

mardi 22 août 2006

Dossard 1100 : Un plaisir à prolonger

Je le proclame au monde entier du haut de mon vélo : j’aime la bicyclette ! J’aime le cyclisme, j’aime le vélocipède, j’aime les roues qui tournent. J’aime les roues qui sautent et qui font des vagues, j’aime les roues qui se voilent. J’aime devoir changer de développement et j’aime devoir rester sur mon braquet. J’aime freiner à bloc et j’aime lâcher les manettes. J’aime les cliquetis subtils et j’aime les bruits inquiétants : coup de frein dans le peloton par-là, chaîne qui frotte par ici, pédale automatique qui déchausse derrière moi, jante qui tangue sur le patin là-bas devant, et peut-être bien un rayon détendu qui joue sa mélodie sur une de mes roues.

J’aime la crainte de crever. J’aime la crainte d’avoir une panne indépannable. J’aime les défis personnels et j’aime la crainte de ne pas y arriver. J’aime me dire : « si ça ne marche pas cette fois, je serai heureux d’y arriver la prochaine fois ».

Et j’aime la perspective d’avoir des craintes !

J’ai acquis la conviction d’être un peu masochiste. Car tout se résume à cette équation : aimer le vélo, c’est aboutir au résultat suivant : c’est être un peu maso.

C’est aussi aimer se retrouver un peu seul avec soi-même.
Et même au milieu d’un peloton.

A ceux qui méprisent l’effort cycliste, et surtout à ceux qui croient encore que je méprise les cyclistes, je n’ai pas d’autre réponse à donner que mon amour du vélo.

Quelques mètres derrière le peloton dans le sas du départ de la « Laurent Jalabert », je savoure cette seule chose : avoir mon vélo sous moi ; et bientôt aucun de mes deux pieds ne touchera le sol et pourtant j’avancerai.

On dit parfois là-bas que le parcours long, celui de la « Laurent », 121 km, cache en fait une étrange vérité : le parcours court, celui de la « Nicolas », 66 km, serait en fait plus difficile. Une vérité peut-être pour les gros calibres qui se disputeront la victoire dans la dernière ascension. Car la montée finale du Pic de Nore (1210 m) n’est pas abordée de la même façon, et la « Nicolas » propose une fin plus rude que son aînée.

Mais pour les petits calibres, dont je suis, c’est un détail dans la difficulté générale.

Alors, je prends le départ avec humilité, deux ans après ma dernière cyclo, une Marmotte 2004 qui m’avait ébranlé. Je prends le parti de ne pas bénéficier de l’effet catapulte en attrapant les roues. Objectif unique et redoutable : parvenir au Pic en possession de mes fonctions vitales essentielles.

J’ai le souvenir encore présent, au-dessous des cuisses, de ma reconnaissance du parcours de la « Nicolas ». Un tracé plaisant comme je les affectionne. La « Laurent » et la « Nicolas » ne se sépareront qu’après le col de Fontbruno, montée roulante et abritée d’une grosse quatorzaine de km où les esprits commencent à s’essouffler ou à se revigorer. Les groupes se font et se défont.

Le peloton ressemble à un kaléidoscope.

Dans la côte des Martys, je me fais cette réflexion : se peut-il que mon vélo soit plus intelligent que certains hommes ?

Dans la descente technique, et parfois périlleuse, mais ravissante, qui mène au pied de La Tourette, je consolide en moi-même cette pensée : prendre du plaisir sur un vélo est un art qui se suffit à lui-même. La Tourette. Je profite de ce moment pour rendre un hommage à la vision coquette et séduisante qui a percuté mon regard voilé de sueur. La Tourette.

Si les éoliennes avaient fonctionné devant moi, elles auraient donné la juste réplique à mon coup de pédale ; je me serais mis au diapason. Mais c’est à gauche qu’il faut le voir : le Pic de Nore.

Arrivé au pied, je regrette d’y être déjà. Dans une heure et demie à tout casser ce sera fini. Et je ne veux pas. Je voudrais que ça dure. Mais il faut se contraindre un peu et grimper malgré tout. Comme je ne résiste pas au plaisir de prolonger un peu, je m’installe sur le mode « pilotage cyclotouriste ».

Déjà le virage de Pradelles-Cabardès. Plus que 5 km. C’est le Chalet-Reynard de Nore. Là, les arbres s’absentent, et le découvert fait varier les températures. Le brouillard aujourd’hui s’est dispensé de molletonner le sommet.

Je crois que mon pneu est passé sur la ligne. Dommage, c’est déjà fini. Je reviendrai.

Dossard 1100
les 121 km en 5h53’57"
436e

CLASSEMENT "LAURENT JALABERT"

1. Guillaume MARY, les 121 km en 3h36’51" (moy. : 33,48)
2. Pascal COSTES, à 2"
3. Eric CASENOVE, à 1’47"
4. Damien ECHEVARRIA, à 2’04"
5. Aurélien BRU, à 2’08"
8. Jean-Marc COMBES (AVC Aix), à 4’42"
461 classés. Dernier temps : 6h57’23"

CLASSEMENT "NICOLAS JALABERT"

1. Jean-Marc POURTIER, les 66 km en 2h11’13" (moy. : 30,18)
2. Eric GOU, à 6"
3. Laurent BIBET, à 2’57"
4. Laurent JALABERT, à 4’12"
5. Jacques GROSJEAN, à 4’55"
375 classés. Dernier temps : 4h21’41"


Voir notre fiche sur la Jalabert (parcours, classements, statistiques), en cliquant ici

Messages

  • Salut Raphaël,

    La Jalabert je l’ai faite chaque année depuis sa création... sauf cette année. Si j’avais su je serais venu ! C’est une des plus belles cyclos par le paysage en Midi-Pyrénées, le parcours est vraiment superbe et la montée finale pas trop difficile. Cette année je n’ai fait aucune cyclo. Je préfère peut-être m’orienter vers des cyclotouristes car en cyclosportives je me prends au jeu et j’essaie de faire la course devant. Je m’explose la gueule et finalement je ne prends pas tant de plaisir que ça. Je crois que les aspect négatifs prennent le dessus sur le positif surtout que e m’y retrouve tout seul maintenant.

    Je dis ça mais je pense faire les Bosses du 13, il devrait y avoir Pierre également. Y vas-tu ?

    Sébastien

    • salut ,
      moi je trouve que la Laurent Jalabert n’est pas si terrible que cela point de vue paysages (beaucoup sont fermés par les arbres) et point de vue état des routes qui est déplorable.
      Sinon point de vue parcours en lui même il n’est pas mal du tout mais je prefere rouler dans les corbieres (a l est de Carcassones)ou les paysages et les routes sont terribles !
      ciaaao

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.