Accueil > Médiathèque > Bibliographie > Pour l’amour de Jacques (Sophie Anquetil) > « Pour l’amour de Jacques » - Sophie Anquetil / 6

Bibliographie

« Pour l’amour de Jacques » - Sophie Anquetil / 6

Généreux patron...

vendredi 21 mai 2004, par Raphaël Watbled

Aujourd’hui, retour sur les chapitres 7 et 8 de Pour l’amour de Jacques, le livre où Sophie Anquetil revient sur l’improbable vie de son champion de père, et où elle dévoile un secret de famille étourdissant.

Le livre de Sophie Anquetil n’est pas une étude historique, non plus qu’un règlement de comptes. Il ne dévoile pas un malheur, ni ne met au jour des souffrances d’enfance. Il n’est pas exhibitionniste, reconnaissons-lui ce mérite. Il n’expose pas, en effet, comme les morues sur l’étal, les détails les plus intimistes de la vie privée de Jacques Anquetil, et se contente de dire en quoi consiste le secret. En conséquence, le livre avait l’obligation littéraire, pour meubler un peu, de donner sa part à la vie publique du champion. Et c’est ici qu’on pourra déplorer qu’il ne satisfasse pas vraiment le désir que l’on aurait d’une approche un peu fouillée de cet aspect. La vie publique, la carrière cycliste aperçues de l’angle privé, non pas pour démythifier, mais pour mieux restituer le champion dans son image authentique, voilà qui aurait été appréciable pour les amateurs de l’histoire cycliste. Les coulisses du cyclisme.

A cela un obstacle de taille : Sophie Anquetil n’a pas connu la carrière de son père. Par conséquent, les premiers chapitres n’apportent rien de fondamentalement nouveau et inattendu. Son plaisir est de reconstituer une ambiance, celle que le couple Jacques-Jeanine ont initiée. Il est vrai aussi que le livre est destiné au grand public, et donc à des non-initiés.

C’est donc au chapitre 7, après que les fondations ont été posées, avec la présentation globale du champion normand, que le secret du clan Anquetil est réellement abordé, secret percé dès la préface. Il ne nous appartient pas de nous étendre sur cette question. Voilà une affaire familiale pour le moins originale, qui vient troubler une sorte de tabou qui règne sur ce type de situations. Mais Sophie insiste sur ce point : son histoire n’est que pleine d’amour. C’est en effet un clan Anquetil noué et complice qui nous est présenté, et qui prend collectivement la décision improbable de faire donner à Jacques un enfant par la fille de son épouse.

Anquetil, suzerain généreux dont les désirs sont naturellement des règles. Patron sans ordre, le champion jouit d’une autorité patriarcale absolument admise par tous. Le charisme du sultan est à la hauteur de sa générosité et de sa gentillesse. Il se comporte en papa-gateau avec les enfants de sa femme. S’il cultive les valeurs bourgeoises, il évite pourtant la bourgeoisie. C’est simplement que maître Jacques est aristo d’esprit.

Pour l’amour de Jacques, Sophie Anquetil, Grasset - prix public : 15,50 euros (France) / prix alapage.com : 14,73 euros

Messages

  • Je suis quelque peu abassourddi par Sophie Anquetil, qui pour des raisons économiques fait un livre pour détruire la mémoire de ce champion .
    Est-il imprtant de faire croire inconsciemment et de prime abord que Jacques Anqutil était l’homme qui sortait avec la fille de sa femme ?

    • vous n’avez rien compris !!! Il était amoureux de la mère de sa fille même si dans un premier temps elle fut la fille de sa femme.
      N’avez-vous aimé qu’une seule femme dans votre vie ? et avez vous réussi à ce que toutes les femmes que vous avez aimé se parlent, et s’entendent ? Non évidement seul un être d’exception comme mon père j.Anquetil pouvait y arriver pas le commun des mortels !Il fallait une aura extraordinaire pour réussir l’harmonie !
      s.Anquetil

    • Chère Sophie,

      Je suis à la fois très touchée et impressionnée par votre témoignage . Que je ne trouve pas que courageux mais surtout nécessaire pour passer le message , si c est possible , que nous sommes rarement dans la norme sociale imposée .
      En fin de compte , les choses cachées sont parfois les plus belles preuves d amour . Elles sont cachées ou discrètes car elles peuvent déclencher la jalousie , l incompréhension . Votre père a suivi à travers tout son ressenti , son coeur et c est ce qu il laisse derrière lui et que vous exprimez . Rien qu à vous regarder , je pense que cela à été plus difficile pour vous de prouver qu il y a des exceptions et que l amour est plus fort que tout !
      Peu de gens peuvent comprendre . Derrière un grand homme il y a toujours une femme , en fait il y en a plusieurs !

      bien à vous . Nathalie B .

    • Chère Sophie,

      Je viens de "tomber" sur ce site et cela m’a rappelé de vieux souvenirs ;mais te souviens-tu de moi ? Je suis ton ancien prof. de philo à Sainte-Barbe (Mr Roger Maguérès). Je n’ai pas lu ton livre ,mais j’apprécie le courage et l’amour dont tu as fait preuve en l’écrivant ! Où es-tu maintenant ? Moi, je suis à Brest et j’ai 80 ans !
      Je t’embrasse.

    • Moi aussi, je viens de "tomber" sur ce site en faisant des recherches sur Maître Jacques pour me rafraîchir la mémoire. Comment suivre le Tour sans y faire référence ? Et, tout de suite, encore et toujours, la nostalgie. Le souvenir d’un pédaleur merveilleux qui a enchanté mon adolescence.
      L’an dernier j’ai pu, enfin, me rendre à Carnon pour le souvenir Jacques Anquetil. Souvenir est bien le mot pour ce moment de mémoire trop court avec quelques uns de ses anciens et un regret, ne pas m’y être rendu plus tôt.

      Je cite souvent ce commentaire trouvé dans un magazine cycliste où l’on voyait une photo du "Père Jacques" de dos, un vélo sur l’épaule. Le texte disait : "Au revoir Jacques, tu vas devenir populaire !". Nous en avons eu confirmation. Et puis, sa carrière de consultant ... Quel plaisir d’entendre ses commentaires, ses analyses, toujours justes, objectifs, dans un français parfait.

      Et un autre citation, celle là de Géminiani, qui dit : "Jacques Anquetil, exemplaire unique ! Point !".

      Comme il a raison !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.