Accueil > Dossiers > Le record de l’heure de 1984 à 2000 > Le Record Absolu : un nouveau défi

Record du monde de l’heure - rétrospective / 5

Le Record Absolu : un nouveau défi

Le record de l’heure de 1984 à 2000

samedi 3 avril 2004

Ce dimanche 4 avril, Graeme Obree veut se relancer à l’assaut du record de l’heure. Cette ambitieuse entreprise nous redonne l’occasion de nous pencher sur l’histoire récente mouvementée de ce record. Jusqu’à dimanche, nous reviendrons sur les différentes péripéties de ce record de 1984 à aujourd’hui.

Nous avons vu qu’en 2000, la réglementation concernant le record de l’heure fut radicalement réformée. Furent effacés de la tablette des records de l’heure toutes les performances de Moser à Boardman, de 1984 à 1996, entre 50,151 et 56,375 km. Tous ces records entrèrent dans la catégorie de la Meilleure Performance dans l’Heure, tandis que le Record Absolu, ramené à celui de Merckx était celui établi sur vélo classique sans profit aérodynamique, vélo similaire à celui de Merckx en 1972. Cela introduisait enfin une distinction fondamentale entre les performances pures établies sur des vélos semblables et contraignants et les performances établies sur des protoypes hyper-évolués aux innovations surréalistes, c’est-à-dire en quelque sorte et de manière simpliste une distinction entre la performance des hommes et la performance de la technologie.

Une aventure excessivement éprouvante

Chris Boardman accepta loyalement ces nouvelles dispositions puisqu’il tenta en conséquence de s’attribuer le Record Absolu le 27 octobre 2000 sur vélo classique. C’est ainsi que l’on prit toute la mesure du poids de la technologie qui avait permis de monter si haut en 1996. Car, sur son vélo traditionnel, avec un braquet de 54*14, Chris Boardman parvint à grand-peine, au prix d’un effort paroxystique, de battre le record de Merckx, vieux de 28 ans : ce n’est que dans les dernières secondes qu’il sut inverser la tendance dans un effot démesuré qui lui permet d’améliorer le Record de… 10 mètres seulement !. Avec 49,441 km, Boardman montrait la vraie valeur de l’homme qui, en définitive, ne s’était pas si considérablement métamorphosé. Le même homme, spécialiste mondial de l’exercice, avait réalisé 6,934 km de moins que sur son vélo Superman. Le mur des 50 km dans l’heure devenait d’un coup monstrueusement impressionnant. Ce nouveau record paraissait presque dérisoire au regard des 56,375 km de 1996. A la nouvelle allure moyenne de 49,441 km/h, il aurait fallu au Britannique 1h08’24 pour accomplir ses 56,375 km…

D’autres hommes tentèrent l’aventure dans les mêmes conditions, mais les trois tentatives furent des échecs. L’Allemand Thomas Liese, le 20 octobre 2001, prit conscience de la difficulté de l’entreprise, ainsi que son compatriote Michael Hutchinson le 3 juillet 2003. L’expérience la plus émouvante, peut-être, fut celle du Suisse Jean Nüttli, professionnel peu connu mais assurément spécialiste du contre-la-montre, qui était venu au vélo après avoir combattu l’obésité. Sa tentative du 15 novembre 2002 tourna court

Notre rétrospective « Le record de l’heure de 1984 à 2000 » :
lundi : introduction générale
mardi : Moser inaugure la nouvelle ère
mercredi : Obree et Boardman lancent la fièvre du record
jeudi : Boardman ressemble à Superman
vendredi : L’invention de la « Meilleure Performance dans l’Heure »
samedi : le Record Absolu : un nouveau défi

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.